MILLENIUM ESTHETIQUE

Injection de produit de comblement

Il existe plusieurs types de produits de comblement : les résorbables qui ont une durée de vie limitée et qui disparaissent complètement après quelques mois et les permanents. Chez Myfaceclinic, nous n’utilisons aucun produit permanent et avons développé des techniques utilisant les différents Acide Hyaluronique existant sur le marché.

Les indications en chirurgie esthétique

Une injection de produits de comblement se propose de corriger, par un moyen simple et rapide, certains signes de vieillissement ou disgrâces présents au niveau du visage, en remplissant ou en donnant du volume là où cela est nécessaire.

Les corrections les plus fréquemment effectuées peuvent être réparties en quatre catégories:

  • Sillons : sillons naso-géniens (de l’aile du nez au coin de la bouche), plis d’amertume (du coin de la bouche, de part et d’autre du menton), sillon labiomentonnier….
  • Rides et ridules : front, «rides du lion» (entre les sourcils), «patte d’oie» (au coin des yeux), joues, menton, «plissé soleil» autour de la bouche.
  • Lèvres : redessiner l’ourlet (contour), les épaissir si elles sont trop fines, ou les rendre plus pulpeuses
  • Dépressions (creux) ou manques de volume : pommettes, menton, contour mandibulaire, joues, nez, séquelles cicatricielles (acné, varicelle, traumatisme…)

Les effets secondaires

  • Réactions locales post-injections : on a vu que peuvent parfois se rencontrer oedème, rougeur,pâleur, irrégularités, sensibilité, démangeaisons,ecchymoses. Ces réactions ne sont toutefois que temporaires.
  • Poussée d’herpès labial : chez les sujets prédisposés.
  • Réaction inflammatoire aiguë ou chronique :possible après injection secondaire dans une zone ayant déjà été injectée avec d’autres produits, en particulier non résorbables.
  • Granulomes : bien que rares, c’est la complication la plus « classique ». Il s’agit de petits nodules indurés, plus ou moins sensibles, perceptibles au toucher, parfois visibles et inesthétiques, se présentant souvent « en chapelet » le long d’une ligne d’injection. Ils correspondent à une réaction inflammatoire localisée pouvant évoluer par poussées. Ils peuvent apparaître quelques jours à quelques semaines après l’injection. Avec les produits résorbables ils sont beaucoup plus rares (exceptionnels avec les Acides hyaluroniques) et surtout, ils sont alors la plupart du temps spontanément régressifs en quelques semaines (quelques mois pour le collagène). A l’inverse, les granulomes observés avec les produits non résorbables sont malheureusement plus fréquents, peuvent apparaître plus tardivement (même plusieurs années après l’injection) et sont souvent plus importants et plus durables (parfois plusieurs années). C’est pour cette raison que nous n’utilisons aucun produit non résorbable.
  • Complications rarissimes : quelques cas ont été décrits de rougeur persistante plusieurs semaines, d’abcès ou de nécrose cutanée, localisés sur un point d’injection.

Contre-indications

Il est recommandé d’éviter de pratiquer des injections chez la femme enceinte, chez les patients sous anti-coagulants ou aspirine, et chez les patients souffrant de collagénoses en phase évolutive

Sources : Société Française de Chirurgie Plastique  Reconstructrice et Esthétique (SOF.CPRE)


La toxine botulique

Les indications esthétiques

La toxine botulique permet de diminuer la puissance des muscles responsables des rides d’expression. Elle permet un traitement très efficace des rides glabellaire, frontales, des pattes d’oie, des paupières inférieures et dans une moindre mesure de la région sous labiale et du cou (cordes musculaires).

Les effets secondaires

Ils sont liés aux risques de diffusion aux muscles voisins et sont toujours réversibles. Les maux de tête, les oedèmes, les impressions de tension frontale ou de fixité sont beaucoup plus rares depuis que l’on a diminué les deux injections au niveau de chaque point. Ce qui de plus a permis d’obtenir un résultat plus naturel. La seule complication vraie, le ptôsis est rare : 0.5 0 à 3 % selon les statistiques en tout cas toujours totalement réversibles.

Les contre-indications

Grossesse – lactation – hypersensibilité à l’un des composants du produit – maladie neuromusculaire seront recherchés de même qu’une inflammation locale ou de trouble de la coagulation.

Au total

La toxine botulique A est le premier traitement médical actif sur la composante musculaire des rides . Par contre, l’affaissement des tissus ne peut être traité que par le lifting des paupières et du visage.

Ces injections sans risque lorsque l’on respecte ses contre-indications doivent être pratiquées par un médecin ayant une connaissance précise des muscles de la face, de leur fonction et des balances des muscles entre eux.

Sources : Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (www.esthetique-chirurgie.org)


Relissage cutanée au Laser

Objectif

Améliorer l’aspect visuel d’une peau éclatante, en bonne santé par une agression de type brûlure contrôlée de l’épiderme et une retente dermique par chauffage des fibres de collagène.

Principe

Les deux types de laser actuellement utilisés le CO2 et l’ERBIUM permettent une agression thermique du tissu en contrôlant l’énergie, la durée et la profondeur. Il s’ensuit une cicatrisation comme après un coup de soleil qui permet une amélioration des couches superficielles de l’épiderme et une retente plus ou moins importante du derme. Les différences tiennent surtout dans la longueur d’ondes et de ce fait dans l’énergie appliquée. Le laser CO2 a une action plus énergétique et plus forte sur la profondeur que le laser ERBIUM.

Les avantages de cette méthode sont bien sûr l’absence d’incision, de chirurgie lourde, la reproductibilité et l’aisance de la technique. Les inconvénients sont bien sûr l’oedème post opératoire correspondant à l’agression tissulaire et la rougeur qui suit la période de régénération pendant quinze jours à un mois pour le laser ERBIUM et en moyenne trois mois pour le laser CO2.

Ceci peut bien sûr être atténué par un camouflage de type maquillage utilisable à partir de l’obtention d’une bonne cicatrisation cutanée.

Les risques sont néanmoins à bien connaître :

  • infections
  • cicatrice hypo ou hyper pigmentée.
  • cicatrice hypertrophique notamment dans la région de l’angle mandibulaire.
  • possible ectropion ou œil rond en cas d’énergie trop puissante sur les paupières.

Dans tous les cas de figure, une protection solaire importante est nécessaire pendant les six mois qui suivent cet acte opératoire.

Sources : Syndicat National de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (www.esthetique-chirurgie.org)

Les commentaires sont fermés.